Édito

Quelques mots…

dv_profil.jpg
S’engager dans la vie publique implique d’exposer ses convictions, sa manière d’être et même, à minima pour ce qui me concerne, de dévoiler quelques aspects de sa vie privée.
Dans cet esprit de transparence, j’ai souhaité créer ce site.

Vous pouvez me faire part de vos avis, critiques et propositions par mail à l’adresse suivante : vitte.daniel@wanadoo.fr







Dernières actualités

Les Vals du Dauphiné en ordre de marche

photo_Magali_Guillot_3.jpgAmbiance studieuse de rentrée des classes, ce jeudi 9 février au siège des Vals du Dauphiné car, pour certains, il y avait beaucoup à découvrir. La salle du conseil communautaire tout d’abord, aménagée pour accueillir 62 délégués installés par ordre alphabétique de communes, chacun cherchant son siège. L’exécutif : 12 vice-présidents entourant Magali Guillot, la présidente. En face, les collaborateurs chargés de la transcription des débats et, tout près d’eux, les journalistes (Dauphiné Libéré, Essor, Courrier-Liberté). Au fond de la salle : les directeurs généraux adjoints et quelques délégués suppléants venus assister à la première. Dans le couloir, par précaution, quelques isoloirs, installés au cas où des demandes de vote à bulletin secret seraient exprimées.

Après qu’elle ait effectué l’appel, Magali Guillot a prévenu chacun : « merci de noter, qu’à l’avenir, il n’y aura plus de tolérance pour ouvrir la séance, qui devra commencer à l’heure ». Et la présidente d’enchaîner avec le détail des délégations données à chacun de ses 12 vice-présidents, puis d’aborder le plat de résistance, constitué d’une trentaine de délibérations administratives. Rien de spectaculaire, mais cependant de l’indispensable, comme la création des régies de recettes et d’avance pour assurer la continuité du fonctionnement des services : centres de loisirs, offices de tourisme, médiathèques, ludothèques, centre nautique, ordures ménagères, eau et assainissement…

Peu de questions, peu de commentaires, et des délibérations presque toujours votées à l’unanimité, même le choix des délégués au syndicat gérant le Schéma de cohérence territoriale s’est fait à main levée et à l’unanimité. Au total, moins de deux heures pour se mettre en ordre de marche. En conclusion : des débuts en douceur, dans une ambiance sereine, rendue possible grâce à l’ensemble des collaborateurs qui, depuis le 2 janvier dernier, assurent une continuité paisible aux usagers des services désormais portés par les Vals du Dauphiné.

Illustration : Magali Guillot, présidente souriante mais ferme, bien décidée à rassembler les enthousiasmes pour ancrer les Vals du Dauphiné dans la modernité

AMI : deux grands sujets de réflexion pour 2017

photo_Comite_directeur_02_2017.JPGLa réunion de février, du Comité directeur de l’Association des Maires de l’Isère, a permis de programmer deux importants sujets de réflexion, l’un pour la Rencontre annuelle des intercommunalités iséroises, à confirmer en juin, l’autre pour la table-ronde du Congrès d’octobre. Un point commun : le souhait de ne pas se limiter à l’étude d’une compétence, mais la volonté de prendre du recul avec le quotidien, de la « hauteur », pour mieux s’interroger.

Après les élections législatives l’AMI proposera la 16ème édition de sa Rencontre des intercommunalités iséroises, probablement le vendredi 23 juin, avec un thème qui concernera autant les élus municipaux que communautaires : « Place de la commune dans l’intercommunalité ». Entre les défenseurs d’une intercommunalité fédératrice de communes sanctuarisées, et les tenants d’une intercommunalité souveraine, nous chercherons la meilleure manière de répondre aux attentes des habitants, ce qui est la raison d’être des élus. Quant à la table-ronde de notre Congrès annuel, qui nous rassemblera le samedi 14 octobre à l’invitation de la ville de la Tour du Pin et des Vals du Dauphiné, elle proposera de brosser un tableau ambitieux : « Le paysage isérois avec la loi NOTRe ». Ambitieux, car les évolutions sont multiples et d’ordres divers, de la structuration des intercommunalités iséroises (fusion oblige), aux nouvelles répartitions de compétences entre régions, départements, intercommunalités, communes, sans oublier les transferts en provenance de l’Etat. Un groupe de travail va affiner le thème, pressentir les élus à interviewer dans le cadre du film introductif, choisir les deux grands témoins à retenir pour la table-ronde.

A noter, exceptionnellement cette année, qu’un deuxième groupe de travail va voir le jour, avec une mission à tonalité festive : préparer la célébration du 60ème anniversaire de notre Congrès annuel.

Illustration : une partie des élus qui ont phosphoré au cours du Comité directeur du 8 février, photo Geneviève Billet, directrice de l’AMI

A l’honneur : les jumelles de l’AMI

photo_des_jumelles_de_l_AMI.JPGLe Comité directeur de l’Association des Maires de l’Isère est une instance studieuse qui se réunit trois fois par an en séance plénière, plus cinq à six fois sous la forme du Bureau élargi. Ainsi, un groupe d’élus assidus se retrouve presque systématiquement, formant le noyau des dirigeants d’une des premières associations d’élus de France.
Si les séances sont particulièrement studieuses, la convivialité ne saurait être oubliée et, de temps à autre, un évènement particulier vient même agrémenter l’ordre du jour. Ainsi, il y a quelques mois, nos deux vice-présidentes ont découvert qu’elles étaient nées le même jour de la même année. Il n’en fallait pas plus pour qu’elles annoncent leur volonté de célébrer, lors du Comité directeur de février, ce noble évènement.

Claude Nicaise, maire de Pact, et Mireille Quaix, adjointe à Corenc, sont arrivées les bras chargés de bouteilles de champagne et de boites de crêpes et gâteaux. Et leur anniversaire fut célébré sous les applaudissements de leurs collègues et des représentants de La Poste Isère, venus signer le renouvellement de la convention de partenariat les liant à l’AMI.

Je tiens à souligner l‘engagement continu de nos jumelles, en faveur de l’AMI et des élus isérois. Claude, comme déléguée aux relations avec les communes rurales, participe à diverses commissions, notamment celles que pilote l’Association des Maires de France. Quant à Mireille, elle fait preuve d’une réactivité et d’une disponibilité exceptionnelles, particulièrement pour représenter l’AMI au pied-levé à des séances de travail et à des manifestations de tous ordres.

Illustration : les jumelles de l’AMI, photo Geneviève Billet, directrice de l’AMI

AMI-La Poste : poursuite d’un dialogue franc et respectueux

Photo_convention_La_Poste.JPGEn ouverture de notre réunion de début février, nous avons accueilli, à l’AMI, nos partenaires de La Poste. A l’ordre du jour : le renouvellement de notre convention annuelle. Une délégation conduite par Martin Hagenbourger, Directeur réseau et banque de l’Isère, accompagné de Thierry Bas, son adjoint, et de Béatrice Frizzarin, déléguée aux relations territoriales.
En introduction, j’ai souligné combien les élus isérois, représentatifs des habitants, exprimaient des avis partagés sur La Poste. Les uns comprenant que l’entreprise ait à respecter des équilibres économiques, le Président de la Cour des comptes lui rappelant même, récemment, la nécessité d’accélérer la restructuration de son réseau. D’autres mettant en avant les spécificités d’une entreprise au statut particulier, puisque porteuse de missions de service public.
Un exemple plus précis : la transformation de bureaux de poste en agences postales communales. Des maires refusent farouchement l’hypothèse, alors que d’autres se félicitent de l’avoir mise en œuvre, solution qui leur a permis non seulement de stopper la chute de fréquentation, mais d’amorcer une réelle progression grâce à des horaires plus adaptés aux attentes locales (témoignage en ce sens de Claude Nicaise, maire de Pact).

Monsieur Hagenbourger a rappelé la profonde modification des habitudes de vie, particulièrement les conséquences de la numérisation généralisée, et la chute impressionnante du courrier papier. Il s’est également félicité de la signature du quatrième contrat de présence postale territoriale, le 11 janvier dernier, entre l’Etat, La Poste et l’Association des Maires de France. En conséquence, le dialogue avec les maires est confirmé, aucune transformation de bureau de poste ne pouvant être imposée.

Illustration : l’instant solennel de la signature avec Martin Hagenbourger et André Salvetti, gérant bénévole d’AMI-Développement, photo Geneviève Billet, Directrice de l’Association des Maires de l’Isère